Jour 2, toujours placé sous le signe de la réflexion autour des axes proposés par les commissions.

La journée a débuté à 8h30 par une prière d’offrande. Ensuite, nous avons participé à des temps de « Murmurationes », une méthode que les jésuites utilisent quand ils ont de grandes décisions à prendre. Par binômes, nous partageons à tour de rôle ce que l’on a au plus profond du cœur sur un sujet donné, puis réagissons sur ce que notre partenaire a partagé. Nous avons utilisé cette méthode afin de réfléchir chacun sur deux commissions. De ce temps sont ressortis près de 600 commentaires qui ont été lu et pris en compte par les membres des différentes commissions afin de faire évoluer les propositions initiales. La matinée s’est terminée par une messe « qui prends son temps » célébrée par le père François Boëdec sj, provincial des Jésuites de France, une version jésuite un peu modifiée de la messe où se déroule après l’homélie un temps de prière personnelle et de réflexion sur l’évangile puis de partage en petits groupes.

La première partie de l’après-midi s’est déroulée dans Reims avec un jeu de piste organisé par des membres de MAGIS. Répartis par équipe, nous devions résoudre des énigmes afin de nous rendre dans différents lieux. Une fois là-bas, nous retrouvions d’autres équipes pour remplir des missions. A la fin, toutes les équipes se sont réunis au pied de la cathédrale de Reims pour chanter !

Durant la fin de l’après-midi et le début de soirée ont eu lieu des tables rondes avec différents invités. En premier lieu sont intervenus Pascal Sevez, prêtre jésuite et responsable du centre d’Education Pédagogique Ignatien, Geneviève Comeau, religieuse Xavière et connaisseuse du MEJ de longue date, et Étienne, ancien MEJiste. Ils ont commencé par exprimer leur ressenti au sein de ce mouvement. Etienne s’est dit touché par l’élan et le dynamisme exprimé durant ces jours. Il note également les inquiétudes devant les choix à effectuer, mais souligne qu’il ne s’agit pas d’une mauvaise chose. Geneviève remercie pour ce qu’elle voit, entends et reçois, et décrit sa vision du MEJ. Pascal termine par décrire brièvement son expérience de jésuite et notamment avec le MEJ. S’en suit des questions-réponses avec l’audience sur les sujets du week-end, comme la formation des animateurs, la place des jeunes adultes au sein du mouvement ou encore la musique dans le MEJ. Etienne termine cette discussion en disant que, selon lui, « Le MEJ a le droit, et même le devoir, de bousculer l’Église ». S’en est suivi une intervention de Mgr Ravel, évêque du diocèse de Strasbourg et évêque accompagnateur du MEJ. Il est revenu brièvement sur la question des abus sexuels sur les mineurs, et de manière plus large sur les abus de confiance et de pouvoir, évoquée lors de la Conférence des Évêques de France. La question de la place du MEJ au sein des paroisses a été discutée, tout comme le sujet de la transition écologique.

 

La journée s’est terminée par un spectacle présenté par les jeunes de la Sarthe et de la Mayenne. Un spectacle très vivant, joyeux et formidablement bien préparé sur la vie de St Ignace. Conçu lors d’un mini-camp, des jeunes de toutes les tranches d’âge ont exprimé leur talent pour raconter la conversion de St Ignace et la spiritualité qu’il nous a laissé en héritage. Nous pouvons les féliciter pour la réalisation de ce beau projet !